DPE bureaux Paris
Contactez notre équipe
du lundi au vendredi au
01 69 04 85 10
VOUS ETES
client ?

DPE Évry

Les conséquences néfastes de l'hiver sur les routes d’Île-de-France !

Date de publication : 18/04/2018

L’hiver 2017-2018 s’est révélé extrêmement rigoureux en Île-de-France. Le gel, les crues et la neige ont fortement dégradé la voirie au point d’entrainer la mise en place de plusieurs plans d’urgence qui s’avèrent cependant être une fausse bonne idée.

Plans d’urgence vs gestion à long terme

Les nids-de-poule sur la voirie francilienne se sont multipliés durant l’hiver.
Les différents épisodes climatiques exceptionnels des derniers mois ont en effet conduit à l’apparition de nombreux désordres au point que plusieurs plans d’urgence sont actuellement en cours de déploiement.
C’est le cas notamment à Paris où la Maire s’inquiète des dangers que représentent ces nids-de-poule pour les cyclistes et les deux-roues motorisés.

Cependant, Routes de France et l’Union routière de France pointent toutes deux des dysfonctionnements dans l’organisation de la gestion de la voirie en Île-de-France et même sur l’ensemble du pays.

La suppression de la DDE en 2005 a privé les collectivités territoriales d’un service d’ingénierie performant pour entretenir le réseau routier. La résorption des nids-de-poule permettra de remédier temporairement aux problèmes.

Mais au final, il s’agit bien du désinvestissement de l’État en matière d’entretien des routes dont il s’agit et, d’un point de vue financier, les plans d’urgence couteront plus chers et seront moins efficaces qu’une gestion maitrisée et continue.

Des risques sanitaires sous-évalués

Si la Mairie de Paris, comme d’autres collectivités territoriales, a décidé de mettre en place un plan d’urgence pour la remise en état de la voirie, sa mise en œuvre se heurte à des problèmes sanitaires.

En effet, 40% des enrobés bitumineux constituant la voirie parisienne comporteraient des traces d’amiante. Il en résulte, en application du principe de précaution, mais aussi pour des raisons de responsabilités des donneurs d’ordre, que des repérages préalables soient nécessaires avant de procéder à certaines interventions même urgentes.

Cette obligation implique un allongement des délais afin de pouvoir assurer les bonnes conditions de sécurité du chantier.
La Mairie de Paris prendra-t-elle le risque d’exposer les ouvriers, mais aussi le voisinage des chantiers, a des émissions de fibres d’amiante cancérogènes ou bien fera-t-elle le choix de la raison en revoyant sa politique en matière d’entretien de la voirie quitte à sacrifier momentanément son image ?

Retour aux actualités
recevez
votre devis gratuit
Type de bien :
DPE Palaiseau